La gazette de Cors'Air

Démarré par Scb1985, 16 décembre 2020 à 11:58:55

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Scb1985

[HRP] Je sais qu'il n'y a pas eu de nouveaux posts dans ce sous-forum depuis un moment, j'espère donc, pas ma modeste contribution, le relancer un tant soit peu. Toute critique, aussi constructive que possible est bien sur positivement appréciée, ainsi que des avis et/ou des conseils d'améliorations ( ceci est mon premier essai de rp ). Merci d'avoir pris le temps de me lire. PS : J'ai pensé à faire un post par rubrique, pour faciliter la lecture, mais si il est plus simple et plus lisible pour le forum de ne faire qu'un seul gros article, faites le moi savoir également. [fin HRP]


La Gazette de Cors'Air

   Bienvenue dans ce premier numéro de la gazette de Cors'Air, 10 jours seulement après la mise en service commerciale de la compagnie. Cette gazette aura pour mission première de vous informer sur les actualités présentes et à venir de votre nouvelle compagnie. Elle se veut claire, complète, agréable à lire : ainsi, toute idée, suggestion, proposition, ayant pout but d'améliorer votre magasine sera traitée avec l'attention qui lui est due.

   L'équipe de la gazette Cors'Air.


Sommaire :

   1 - Le mot du président
   2 - Histoire de la création de l'entreprise
   3 - Présentation de l'entreprise
       A) La flotte
       B) Le personnel
       C) Politique de la compagnie
   4 - Historique de la première semaine d'exploitation




          Le Mot du Président.

   Tout juste 10 jours après ce qui fut ma première grande joie, j'ai l'honneur de vous présenter ce qui est la suite logique de cette avancée : la gazette de Cors'Air !

   Cette gazette a été conçue dans le but de vous informer, de vous divertir, et de vous donner envie de voyager. En ce début de décennie, où, suivant la dynamique de la décennie précédente, les nouveautés continuent de fleurir - l'automobile et l'électroménager se démocratisent, la croissance économique et la consommation continuent de progresser - l'aéronautique et l'aviation, elles aussi, ont eu leurs lots de nouveautés, de records, mais également, malheureusement, d'accidents. Gageons qu'avec la décennie qui s'ouvre, l'aviation assurera en priorisant avant toute chose, la fiabilité et la sécurité.

Votre Président,
C. Rossi.

Avec Cors'Air, il n'aura jamais été aussi simple de s'envoler vers d'autres cieux !


Lemarquis

16 décembre 2020 à 20:24:16 #1 Dernière édition: 17 décembre 2020 à 17:29:29 par Lemarquis
Regardant les gros titres, je m'en vins à cette annonce d'un reporter, qui venait fort à propos de publier le prélude à une série d'article sur le thème de l'aéronautique commerciale dont l'essentiel support serait une nouvelle compagnie aux ambitions louables.

Bonne chose, belle chose, voici trop longtemps que le presse locale s'était faite muette à mon grand regret.

[Hrp] J'ai hâte de lire la suite, trop peu de RP dans ce jeu ça va me faire du bien d'en lire [/Hrp]


Scb1985

[HRP] : Merci pour ton retour, n'hésites pas à dire ce qui ne va pas, ce qui pourrait être améliore, raccourci, rallongé..[Fin HRP]



    Histoire de la création de l'entreprise.

  C.Rossi, 35 ans, a toujours été admiratif des progrès dans le monde du transport, et tout particulièrement dans le transport aérien qui continuait sa fulgurante ascension depuis ses premiers pas en 1914 avec la création de la première ligne régulière de passagers reliant la Russie de Nicolas II à l'Amérique de Woodwow Wilson ( la liaison reliait les villes de Saint Petersbourg à Tampa avec un hydravion de type Benoist XIV ). En France, le premier vol reliant deux capitales eut lieu en 1919 et reliait Paris à Bruxelles ( opéré par la société Caudron ).
A ce titre, il raconte : << Voir à 19 ans les débuts d'une nouvelle ère dans le monde moderne est euphorisant. Tony Jannus, en reliant ces deux grands pays que sont la Russie et les Etats Unis d'Amérique, avait accompli un immense exploit ! >> Il rajoute : << J'ai vite compris qu'après le train et le bateau, l'avion pourrait être un des moyens de transport les plus utilisés et les plus surs du monde. >>.
  Et c'est ainsi qu'à l'âge de 20 ans, avant même l'âge de sa majorité, et contre l'avis de ses parents - qui trouvent que c'est dangereux, et qui le voyaient reprendre l'usine familiale créée plusieurs générations auparavant - quitte Bastia et sa Corse natale pour aller s'installer dans la capitale, conscient que, si quelque chose devait se passer, ça serait immanquablement à la capitale.
  A partir de son arrivée à Paris, tout s'enchaîne très vite : visites des différents aéroports et autres salons aéronautiques, découverte d'appareils tels que le Morane-Saulnier avec lequel le désormais mythique Roland Garros traverse la Méditerranée, reprenant ainsi le record que lui avait ravi Georges Legagneux, et, au détour d'un stand, rencontre qui fut cruciale pour la suite des évènements : Raymond Poincaré ! Ému, il se souvient : << Au début, je ne l'ai même pas reconnu, ne m'intéressant que très peu  à la politique, je ne connaissait même pas le nom de notre Président. Quand il s'est présenté, j'étais à la fois confus de ne pas l'avoir reconnu, mais je me disais que, pour réaliser mon rêve devenu de plus en plus tenace, je ne devais pas laisser partir ma chance.
  Et c'est comme cela qu'après un entretien privé avec Mr le Président de la République de l'époque, je lui ai exposé mon projet et qu'il me fût d'une grande aide dans l'achat des bâtiments, ainsi que des deux premiers avions de la flotte : 2 avions Farman 63.>>

Avec Cors'Air, il n'aura jamais été aussi simple de s'envoler vers d'autres cieux !

Lemarquis

[/Hrp]  J'ai bien aimé la réécriture de histoire de la première ligne commerciale au monde où tu y remplaces St Pertersburg (Floride) par St Pétersbourg (Russie). C'est clairement plus inspirant pour créer une vocation. [/Hrp]

Enfin, je me précipitais sur le premier encadré concernant cette compagnie. Un insulaire avait donc trouvé l'inspiration et le courage de venir s'installer dans la ville des lumières. Intérieurement je lui souhaitais bonne chance, les arcanes de la vie parisienne sont parfois bien troubles pour les provinciaux. Rien n'est simple, encore moins avec l'administration centrale. Se forger un nom, établir son réseau dans le monde aéronautique, voilà le défi de tout béotien. Heureusement à en lire l'article, ce dernier avait réussi à glisser quelques mots au plus haut de la république. Courageux et en plus audacieux, sans aucun doute pugnace tant les cabinets de la république n'ouvraient pas facilement leur porte. Fallait-il y avoir une descendance collatérale du glorieux Bonaparte ?
Chassant de mon esprit l'idée, je préférai y voir le germe d'un génie au charisme éprouvé dont le solide projet avait rallié les suffrages du conseil des ministres au point de trouver bourse déliée.


Scb1985

Présentation de l'entreprise

   Cors'Air, bien que basée à Paris, est une compagnie aérienne à forte connotation insulaire : d'une part, de par son nom, d'autre part de par celui de son dirigeant.

   C.Rossi la présente ainsi : << Quand je suis monté à Paris, mon but était d'apporter ma pierre à l'édifice de l'aviation ainsi qu'au transport aérien de personnes. J'admire Roland Garros, Louis Blériot, et tant d'autres...>> Et de continuer, rêveur : << Le transport aérien n'en est qu'à ses débuts, et comme dans toute entreprise ou plusieurs acteurs sont confrontés, les premiers arrivés sont souvent les premiers servis. Ainsi, pourquoi ne pas se prendre à rêver de concurrencer la pionnière Air Union en France qui dessert des zones comme la Méditerrannée dans quelques années ainsi que la SABENA belge ou encore la Deutsche Luft-Reederei allemande. Tout rêve, pour peu que l'on y croie est accessible.>> Et de rajouter : << Le seul objectif réel que je me fixe est de perdurer dans le temps et de faire en sorte que les gens puissent voyager dans nos avions de la manière la plus confortable et la plus sûre possible. Je ne me fixe pas de date butoir : si cela doit arriver dans quelques années, tant mieux, si il faut que cela prenne 20  / 25 / 30 ans, tant mieux aussi. Mieux vaut progresser de manière lente et sûre que de manière rapide et inconsidérée.>>
   Et pour cela, la compagnie a mis les bouchées doubles :
Terrain avec une piste de décollage atterrissage
Achat de 3 appareils :
2 Farman F-63 d'une capacité de 10 places avec une autonomie de 400 kms.
1 Lloré & Olivier LeO 213 d'une capacité de 12 places et ayant une autonomie de 560 kms.
Les moteurs, ainsi que toutes les pièces de l'avion seront révisée et, le cas échéant changées, tous les deux aller-retour. Encore une fois, rien n'est plus important à nos yeux que votre sécurité !
   La compagnie Cors'Air vous propose d'ores et déja pas moins de six liaisons régulières : trois vols intérieurs, et 3 vols vers les capitales européennes que sont Londres, Zurich et Amsterdam. A terme, Cors'Air a pour but de proposer des destinations telles que l'Espagne, le Portugal, l'Italie, mais également, à moyen terme, des pays comme ceux du Maghreb ou bien encore l'Europe de l'est.
   Pour accompagner ces appareils de dernière génération, dans chaque avion, en plus du pilote et du copilote, une hôtesse qui sera présente pour répondre à toute question que vous auriez sur la compagnie, sur les conditions de sécurité à bord d'un avion - elle effectuera à ce titre avant chaque début de vol une démonstration de tous les moyens dont vous disposez -, ainsi que pour divers services à bord, mais nous y reviendrons. La compagnie compte également en son sein 6 mécaniciens, deux par appareil pour, d'une part diminuer les temps d'attente entre deux vols, et d'autre part pour maximiser la sécurité et ainsi éviter toute erreur humaine que pourrait induire le travail d'une personne seule.
Chaque rangée d'avion sera dotée de deux petits hublots pour que vous puissiez profiter des paysages environnants, de deux sièges, qui garantiront un confort optimal aux passagers, et d'un petit fasicule vous présentant les caractéristiques de l'avion à bord duquel vous volez ainsi que des consignes de sécurité de base.
   Enfin, pendant ses premiers mois de service, pour fidéliser nos premiers passagers et également attirer d'éventuels aéro-sceptiques, tous nos billets sont à pris coûtant, De plus, nous proposons à nos clients insatisfaits, après remplissage du formulaire prévu à cet effet, une réduction de 10% sur leur prochain vol en notre compagnie. Enfin, nous testerons en avant première, un service de boissons ( chaudes et fraîches ) ainsi que d'en-cas pour les vols dépassant 3h de trajet. Ce service, s'il plaît, sera pérennisé et totalement gratuit.

   Avec Cors'Air, il n'aura jamais été aussi simple de s'envoler vers d'autres cieux !

Avec Cors'Air, il n'aura jamais été aussi simple de s'envoler vers d'autres cieux !

Scb1985

Première semaine d'exploitation et débuts de la compagnie

  Ca y est ! 5h00 ! Le jour tant attendu de l'inauguration  est arrivé. A la fois rempli de joie à l'idée du début de la nouvelle aventure, mais aussi de la crainte de ne voir aucun passager, malgré les réservations indiquant que les avions allaient tourner à plein pour leur première rotation, je faisais les cent pas autour du guichet de la compagnie.
  Tout était prêt. Les écrans d'enregistrement fonctionnaient parfaitement, les autocollants pour les bagages ne manquaient pas. Les hôtesses au sol ainsi que le personnel de bord étaient à leurs postes. Les avions avaient été remplis de kérosène et les dernières vérifications eurent lieu pendant la nuit, les mécaniciens s'étant activés jusqu'à l'aube. D'un pas fébrile, les yeux cernés par le manque de sommeil à resasser toute la nuit tous les scenariis possibles de cette journée. Je tournais, encore et encore, autour du stand, d'un pas de plus en plus rapide et fébrile. Je me grattais le menton. Je replaçais machinalement mes cheveux en bataille, j'ajustais mon costume : cravate, chemise, veste, tout était ok.
  Je repensais à mes parents, laissés quelques mois plus tôt à Bastia, travaillant à faire tourner l'usine familiale. Et tout un tas d'interrogations me vinrent en tête : * Que font-ils en ce moment ? Est ce qu'ils pensent à moi ? Est ce qu'ils sot fiers de moi ? ou bien encore, essayant de relativiser et de faire tomber le stress augmentant inexorablement Est ce que ça va être une bonne journée ? Pourvu qu'il n'y ait pas d'incidents majeur, voire pas d'incidents du tout !
  6h00. L'aéroport Paris-Charles de Gaulle, inauguré en grandes pompes il y a quelques années à peine pour faire face à la saturation des aéroports d'Orly et du Bourget, ouvrait enfin ses portes! Le moment fatidique! Enfin!
  Je jetais un dernier coup d'oeil aux personnels présents :
- " Tout va bien ? tout le monde est en place ? "
Tout est en place Moonsieur ! me dit Solange, l'hôtesse d'accueil au sol.
En poste et impatient de débuter cette nouvelle aventure me répondit Antonin, tout juste 21 ans dont c'était le tout premier emploi.
  Réajustant une dernière fois mon costume et mon uniforme, je regardais mes compagnons de galère à côté de moi, pensais à celles et ceux qui étaient déja en poste dans les avions, me demandant s'ils ne manquaient de rien et si tout était prêt de leur côté. D'une posture droite, le regard fixe, la voix ferme, je leur dis :
Donnez le meilleur de vous ! Le client est roi ne l'oubliez jamais ! Et comme on dit chez moi  : Merde ! 

  Et c'est ainsi que cette première journée débuta...

Avec Cors'Air, il n'aura jamais été aussi simple de s'envoler vers d'autres cieux !

Lemarquis

18 décembre 2020 à 21:16:03 #6 Dernière édition: 18 décembre 2020 à 23:04:28 par Lemarquis
Le ballet des avions roulant sur la piste et les taxiways ne m'impressionnait plus. Ce qu'il en revanche était pour moi un moment fascinant c'était le décollage avec les gaz au maximum, si certains appareils prenaient les airs avec un style gracieux, d'autres lourdement chargés, ressemblant à des hannetons patauds peinaient à prendre leur envol dans le rugissement des moteurs en sur-régime. 
J'avisais un LeO 213, surnommé par certains le restaurant volant, cet appareil semblait bien imposant. Il arborait les couleurs de la jeune compagnie Cors'Air. Il semblait plein comme un œuf, et se dandinait en roulant sur le tarmac herbeux. Il s'aligna puis sous le ciel gris de la capitale, remonta la piste à vive allure. Il dépassa les deux-tiers de piste avant de s'arracher au plancher des vaches. Il prenait de l'altitude avant de virer de cap, bientôt il irait tutoyer les nuages, tant le plafond était bas ce jour. D'autres appareil bourdonnaient au-dessus de Paris s'apprêtant  à effectuer leur approche, l'atterrissage était sans doute le moment le plus désagréable, la plus part des pilotes voyaient leur appareil rebondir au moins une fois, ce qui ne manquait pas d'arracher un cri discret aux dames promptes à s'effrayer.



Scb1985

Citation de: Lemarquis le 17 décembre 2020 à 17:51:57[/Hrp]  J'ai bien aimé la réécriture de histoire de la première ligne commerciale au monde où tu y remplaces St Pertersburg (Floride) par St Pétersbourg (Russie). C'est clairement plus inspirant pour créer une vocation. [/Hrp]

[HRP] Pardon, j'avais lu ta remarque, mais machinalement, j'étais tellement concentré que j' croyais y avoir déja répondu.
Inspiration soudaine, j'me suis dit que ça pouvait paraitre crédible, même pour l'époque. ;D J'essaierais de glisser 2 / 3 petites uchronies, mais j'abuserais pas non plus, on verra pas de Obama ou de Indochine haha. Par contre, si en me renseignant je trouve de bonnes références, même avec quelques petites années d'écart, pourquoi pas ?
Content que ça te plaise. Je t'avouerais que pour un premier essai, je suis pas mécontent non plus, même si je sais que j'ai encore quelques soucis à régler ( comme l'oubli du gras sur certains titres ;D
Fin du premier numéro dans la soirée je pense.[Fin HRP]

Avec Cors'Air, il n'aura jamais été aussi simple de s'envoler vers d'autres cieux !

Scb1985

Première semaine d'exploitation et débuts de la compagnie partie 2

  Ainsi est racontée la folle journée d'inauguration de la compagnie par son président. La journée, ainsi que les jours qui suivirent furent d'une forte intensité. Les trois avions de la flotte tournaient à plein régime, reliant les premières villes qui avaient accepté de voir arborer fièrement le logo de la Cors'Air.
  Charleroi en Belgique, Londres, Limoges, Strasbourg... ainsi commença la folle aventure de la compagnie ! Quelques jours plus tard vinrent s'ajouter les villes de Zurich, Bâle, Lyon, Le Havre. D'autres villes en France, en Europe, et même des villes se situant le long des côtes africaines souhaitent accueillir la compagnie insulaire.

  Les premiers jours d'exploitation ont été très satisfaisants pour une nouvelle compagnie : des avions, pour la plupart remplis au moins aux deux tiers, aucune plainte de passagers concernant l'accueil, le voyage, les services à bord - dont la nouveauté des boissons et en-cas gratuits, au vu des formulaires de satisfaction remplis enthousiasme les usagers -. >>[Tout cela augure des horizons clairs et radieux pour nous, et tout cela c'est grâce à vous, chers usagers ! Merci !/i]

  DERNIÊRE MINUTE A l'heure ou nous clôturions ces lignes et que votre gazette était prête à partir pour l'impression, une triste et grave nouvelle attrista la compagnie ainsi que tous ses membres. En effet, lors du premier vol Paris - Strasbourg de la journée, un des deux appareils Farman de la compagnie s'est écrasé peu avant son atterrissage, victime d'une météo très défavorable. Aucune information ne noue est parvenue à l'heure ou nous bouclons ce premier numéro. La semaine prochaine, le deuxième numéro de la gazette sera donc naturellement consacré à cette catastrophe qui est venue faucher la jeune compagnie Cors'Air en plein envol. Nous adressons toutes nos condoléances aux familles de passagers ainsi qu'aux familles de personnel de bord. Une aide psychologique est disponible en contactant notre compagnie, soit au guichet de l'aéroport Charles de Gaulle, soit en contactant le siège de la compagnie.
  Mr Laurent Eynac, Sous-secrétaire d'État à l'Aéronautique et aux Transports aériens se rendra demain, en compagnie de Raymond Poincaré, à l'aéroport Charles de Gaulle, ainsi qu'à l'aéroport de Strasbourg.


© Éditions Lefebvre Sarrut 1930

Avec Cors'Air, il n'aura jamais été aussi simple de s'envoler vers d'autres cieux !

Lemarquis


Que serait l'aéronautique sans ses aléas ? Sans doute une morne aventure, des pilotes sans panache, des ingénieurs sans défi... Ces belles années avaient permis un essor des constructeurs aéronautiques. La grande crise en avait jeté à terre mais le secteur avait bien résisté. Cette industrie a peine pubère manquait cependant de fiabilité, on apprenait parfois à tâtons, parfois au prix de pertes humaines. Je m'étonnais parfois que le génie humain eut accouché d'appareils d'une conception douteuse. A ne pas en douter certains modèle avaient été mis sur le marché un peu hâtivement tel le Fokker F.10, ou le poussif F.32 n'en étaient que quelques exemples.

Le temps des pionniers était à présent révolu, les caprices de la nature et l'inconstance humaine constituaient des obstacles à l'expansion du transport aérien commercial. Je me plongeais dans le nouveau numéro de la gazette. J'escomptais qu'une nouvelle compagnie échappa à la routine qui engluait certains acteurs du secteur.