Chronique du Ciel : Disparition au-dessus de l'Atlantique chez Gwanda Airlines.

Démarré par Lemarquis, 20 août 2019 à 11:41:15

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Lemarquis

Disparition d'un long courrier de Gwanda AirLines.

Au moment ou nous écrivons ces lignes, il est à déplorer que le vol n° : 5549390  de Gwanda Airlines n'atteigne jamais sa destination à savoir New York où il devait arrivé Samedi 17/08 vers 23H20 heure de Paris  (21H20 TU), soit en tout début de soirée pour la côte atlantique des états-unis.

Ce vol parti de Bagdad avec 269 passagers et son équipage a survolé l'Europe Occidentale conformément à son plan de vol  affirme Eurocontrol. Le dernier contact a eu lieu vers 16h15(TU) avec le FIR de Shanwick, l'appareil était alors au Sud Ouest l'Irlande et avait reçu sa clearance océanique.  Le vol 5549390 n'a jamais repris contact avec Shanwick ou Gander.  Ces deux centres contrôlent la zone de l'Atlantique Nord  dont le plan de vol prévoyait la traversée.
L'INCERTFA a été déclenché à 19H50 (TU) le vol n'ayant pas pris contact avec Gander comme prévu. Les contrôleurs de Shanwick  ont été alors avisés.  Lors de l'ALERTFA les contrôleurs des deux centres ont avisé les vols susceptibles de croiser ou suivre  n°5549390 mais aucun n'a reporté d'anomalie ou communication étrange ou inaudible sur les fréquences assignées. Depuis Samedi 21H20(TU)  la phase DETRESFA a été déclenchée.


Dernière position connue du  vol 5549390


L'Irlande effectue des recherches aussi loin que lui permettent le CN-235-100, l'avion de patrouille maritime en service dans le Corps aérien irlandais. Il est renforcé par un Atlantique 2 français parti Dimanche matin de Bretagne.


Casa CN-235-100


Le Royaume uni  déploie  les frégates Montrose et Richmond qui disposent d'un hélicoptère embarqué. Ces unités Navales croisent au Nord de la dernière position indiqué par l'équipage.

Vue aérienne du HSM Montrose depuis le cockpit d'un Lynx.



Le canada a commencé les recherches avec un CP-140 Aurora (version canadienne du P3-Orion) . Ce type d'appareil permet de couvrir une large zone depuis Halifax jusqu'au Sud de l'Islande.


CP-140 Aurora des Forces Canadiennes.


L'US Navy s'est jointe rapidement aux recherches avec deux avions de patrouille maritime, l'USS Messa Verde qui effectuait des manœuvres amphibies a été dérouté. Ces V-22 Osprey embarqués appuieront les recherches à la mer.

Les experts en aéronautique n'ont que peu d'espoir de trouver des rescapés, l'atlantique nord n'offre guère de possibilités pour un amerrissage en douceur et les heures qui passent grèvent d'autant plus les possibilités de survie à moins que des nauvragés ait pu se hisser sur les radeaux de sauvetage.

Le B767-30ER était d'un type relativement ancien, construit à la fin des années 90, il disposait toutefois d'un potentiel régénéré suite à des maintenances régulières. Le NTSB a d'ores et déjà pris l'affaire en main épluchant les rapports de maintenance. Une équipe s'est rendue en Europe afin d'obtenir les enregistrements des différents contrôleurs ayant pris en charge l'avion au dessus de l'Europe Occidentale.

L'appareil disparu au roulage sur une précédente escale (B767-300ER).





Lemarquis

Du nouveau dans la disparition du B767-300ER.
Ce matin nous avons appris qu'un cargo battant pavillon grec à destination de Terre-Neuve avait repéré plusieurs débris épars qui laissent fortement songer à ceux d'un avion.  La mer étant relativement clémente, le navire a pu s'approcher de plusieurs d'entre-eux prendre des photos mais à l'heure actuelle le conditionnel reste de mise. Aucun survivant ou dépouille n'a été signalé jusqu'alors.

Actuellement le Messa Verde  dérouté voici trois jours est le plus proche navire lancé dans les recherches. Grâce à ces V22-Osprey nous disposons d'éléments visuels.
La NOAA étudie actuellement la météo de ces derniers jours pour modéliser la dérive probable en fonction de la position actuelle des débris.  La société Ocean X a été mandatée par les autorités américaines pour la recherche de l'épave en eaux profondes . Le navire Alucia  de cette société serait sur le point d'appareiller.


V22 appontant sur le pont du Messa Verde


Débris pris en photo depuis un cargo.





Il semble que les débris dérivent sur un surface de plusieurs dizaines de kilomètres carrés. Les expertises de la NOAA sont très attendues. En effet une telle étendue, si elle ne se justifie pas par trois jours de dérive dans l'océan, tendrait à favoriser l'idée d'une désintégration en vol.

L'alliance One Sky à laquelle est rattachée Gwanda Airlines a fait paraître un large communiqué de presse pour les familles et proches touchés par le drame. One Sky est doublement endeuillé puisque La compagnie Montcalm a déploré un attentat sur un Vol Casablanca Paris il y a deux jours. Certains n'ont pas hésité à faire le lien entre les deux affaires voyant ainsi une Alliance majeure visée par un complot. Pour l'instant le président de OneSky s'est gardé de tout commentaire puisque la disparition en Atlantique n'a pas de cause certaine.

Les documents infographiques de crash sont tirés des médias ayant traités du crash controversé TWA 800 et du terrible drame du vol AIR India 182.
Crédits à  www.alphacoders.com pour la photo du V22
Remerciements à wikimedia


Lemarquis

En direct de l'Atlantique nord

Depuis l'aube, la confirmation est venue, douchant définitivement les espoirs des familles. Les débris retrouvés sont bien ceux du vol n° : 5549390 Gwanda Airlines.  L'USS Messa Verde a été rejoint par les frégates Montrose et Richmond de la Royal Navy. Les survols de la zone relèvent plusieurs nappes de débris dans un rayon de 15 nautiques.  Les modélisations de la NOAA  confirment que la dispersion des ces espars n'est pas uniquement le fruit des courants de surface et des vents de ces derniers jours.

Zone du crash


L'arrivée sur zone de deux navires du Military Sealift Command  à savoir le navire d'assistance de sauvetage USNS Salvor et  le navire ravitailleur et de soutien logistique USNS Amelia Earheart, laisse présager une opération de récupération d'envergure.

Le NTSB a annoncé privilégier la désintégration en vol.  A une altitude de croisière de 38 000 pieds l'appareil en se disloquant a généré une masse de débris hétérogène. La vitesse verticale lors de la chute variant selon la masse et les frottements ceux-ci se sont répartis sur l'océan de manière différentes. Pour l'instant les rumeurs de dépouilles repêchées n'a pas été confirmé par les autorités en revanche des portions de la carlingue qui flottaient entre deux-eaux ont été remontées au sec.

L'Alucia navire de recherche affrété, a entamé le ratissage des fonds grâce à son sonar remorqué à balayage latéral. Ce dernier fourni une image fidèle de la topographie des fonds avec une résolution telle qu'il est possible de distinguer l'aspect « naturel » d'un fond, d'un débris posé sur le fond.
Les ROV filoguidés permettre l'identification certaine de ce qui est repéré et éventuellement peuvent manipuler des débris légers. Une équipe du NTSB à rallier ce matin le Messa Verde et l'un des enquêteurs sera transféré sur l'Alucia.


Récupération d'une portion de la carlingue



L'Alucia mettant en oeuvre son sonar à balayage latéral.




L'USNS Amélia Earhart  faisant route.



Lemarquis

Les suites du Crash chez Gwanda AirLInes

Les premières journées d'exploration sous-marines ont permis de localiser les deux enregistreurs de vol dans l'un des reliefs tourmentés de la dorsale atlantique.  Leur récupération par les ROV n'est plus qu'une question d' heure d'après le NTSB.  L'épave de l'appareil est fragmentée en des centaines de morceaux parfois à peine plus grand que la paume d'une main. Les moteurs ont été repérés mais il faudra du temps pour les remonter. Pour l'instant les plus gros fragments a disposition du NTSB sont une partie du cockpit, la dérive, quelques pans des ailes et ailerons.

Le FBI s'est joint à l'enquête. Les éléments actuellement indiquant une désintégration en vol, plus qu'une simple dislocation, il est nécessaire d'envisager des pistes qui sont de notre ressort a indiqué le porte parole du FBI. Plusieurs débris flottant à la surface ont été envoyé dans un laboratoire fédéral. Les autorités ont informé les familles qu'il n'y avait plus d'espoir de retrouver des rescapés. Des scènes de détresse  se sont succédé  dans le salon privé d'un hôtel proche de JFK réservé à cet effet. A Bagdad plusieurs manifestations ont eu lieu alors que certains accuses les autorités américaines de cacher la vérité. Le vol transporté  27 ressortissants irakiens, pour la plus part des coopérants des entreprises américaines et un fonctionnaire à l'ONU. Dans l'immense majorité les passagers étaient américains, employées dans les entreprises et services, quelques fonctionnaires détachées. Le Département de la Défense (DoD) a démenti qu'il y eu des militaires partant en permission ou démobilisés dans ce vol. En revanche trois reporters canadiens étaient inscrits sur le manifeste et la profession a tenu a présenté ces condoléances aux familles.  Le premier ministre canadien Trudeau a envoyé à ce titre un membre du  BST (Bureau de la Sécurité des Transport) pour suivre les travaux du NTSB.


Le repêchage des victimes a commencé, mais il ne faut pas s'attendre à retrouver à la surface des corps entiers. L'impact sur la mer fut terribles et les sièges tout comme les corps se sont brisés sous le choc. L'identification des restes humains récupérés seront ardus et pénibles. Pour l'instant l'avenir d'éventuels dépouilles reposant au fond de l'océan n'est pas tranché. 

L'alliance OneSky dont fait partie la compagnie Gwanda Airlines, a promis d'organiser une cérémonie en mer, dès que les autorités auraient donné leur aval, pour les familles et proches des victimes. En attendant des centaines de bougies et fleur sont déposées devant les portes du terminal 8 à l'aéroport JFK où était attendu l'avion.

La journée sera déterminante pour la récupération des enregistreurs d'après plusieurs sources bien informées.